Immobilier d'entreprise
International commercial real estate solutions
Devenu une priorité environnementale, la transition énergétique représente dès aujourd'hui un enjeu majeur pour limiter le réchauffement climatique.

Les actuels locataires et propriétaires de bâtiments tertiaires se voient aujourd'hui obligés de réduire leur consommation énergétique pour éviter de s’exposer à des sanctions. 

Responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre et de 40% des consommations énergétiques finales dans le secteur de l’immobilier, les bâtiments du tertiaire français climatisés et chauffés, représentent près de 940 millions de m² de surface. C’est donc dans l’objectif de réduire ces consommations énergétiques ainsi que les impacts environnementaux et financiers qui sont intrinsèquement liés, que le décret tertiaire a été créé. 

Quels sont les bâtiments concernés par ce décret ? Toutes les surfaces de plancher supérieures à 1 000 m², composant un bâtiment, partie de bâtiment, ou ensemble de bâtiments situés sur une même unité foncière ou sur un même site. Inversement sont exclus les constructions provisoires, les lieux de culte, les établissements de défense, sécurité civile, sûreté intérieure. Concrètement, les structures assujetties peuvent être par exemple des bureaux, points de vente, hôtels, entrepôts, commerces, écoles, complexes sportifs, etc… Le propriétaire ou locataire du bâtiment en question, doit donc choisir une année de référence entre 2010 et 2020 et doit ensuite s’engager à respecter les - 40 % de consommations énergétiques en 2030, -50 % en 2040 et –60 % d'ici 2050.

Plusieurs actions peuvent être mises en place afin d’atteindre ces objectifs plus ou moins rapidement : L’isolation thermique et la performance des menuiseries vont permettre d’améliorer la performance énergétique du bâtiment. L’installation d’équipements performants et de dispositif de contrôle comme des luminaires LED ou une chaudière à condensation, peuvent également faire partie du processus d'amélioration énergétique du bâtiment. La gestion active de ces équipements avec notamment des contrats de maintenance préventive sont à prévoir pour une optimisation maximale. Il faudra par ailleurs sensibiliser les collaborateurs sur les bonnes pratiques à adopter avec par exemple, penser à bien éteindre les interrupteurs des rallonges de courant lorsque la journée est finie, ou encore, penser à modifier la température des pièces avec l’ouverture des fenêtres.

Cette nouvelle page qui se tourne dans l’histoire de la transition énergétique représente une réelle opportunité pour tous les acteurs qui s'inscrivent dans cette dernière. En effet, choisir de rentrer pleinement dans cette démarche écologique, c'est dans un premier temps, faire le choix de réduire ses factures énergétiques. En réduisant son empreinte laissée sur l’environnement, cela va intrinsèquement entraîner une amélioration de l’image de marque et va donc valoriser toutes démarches commerciales. Une automatisation du suivi et de l’analyse de ses consommations avec une plateforme numérique est un plus non négligeable à prendre en compte également.

Toutefois, il faut faire attention puisqu'une exploitation annuelle des données sera réalisée par le gestionnaire de la plateforme. Sans saisie de ces informations, le locataire et/ou le propriétaire s’engage à des sanctions financières pouvant aller jusqu’à 7 500 €. Des sanctions sont aussi prévues pour les réfractaires n'atteignant pas les résultats imposés.

Pour les personnes n’ayant pas le temps de se former réellement sur le sujet, il est possible de se faire accompagner par un ingénieur en efficacité énergétique. En combinant ses compétences juridiques, techniques et environnementales, il connaît tous les détails liés à la réglementation et peut conseiller sur le choix du porteur de projet et sur les prochaines échéances à venir. Il est donc primordial de capitaliser sur les actions et les efforts déjà mis en place en sélectionnant une année de référence en amont de ceux-ci. Les 12 mois de pleine exploitation sélectionnés doivent représenter l’année la plus importante en termes de consommations énergétiques. 

Et vous alors... où en êtes-vous ?